News, Reflexions

Comment les Finlandais intègrent le sport dans la vie quotidienne

 

Comment les Finlandais intègrent le sport dans la vie quotidienne

À Helsinki, les installations sportives sont omniprésentes, parfois dans des coins et des recoins assez étranges. Un abri antiaérien abrite un club de tir à l’arc, un autre une piscine souterraine et une patinoire de hockey sur glace.

 

Bien qu’ils en aient à peine besoin, il existe en Finlande un plan visant à amener les gens à plus de mobilité. Cela leur rappelle, en effet, que “Aux termes de la Constitution … l’activité physique est un droit culturel fondamental”.

C’est un droit social de donner aux citoyens des possibilités de faire du sport.

Pour Hanna Vehmas, scientifique du sport à l’université de Jyväskylä, le sport est un droit social dans les pays nordiques.
Cette réflexion a commencé dans les années 1970, lorsque les gouvernements ont commencé à subventionner les gymnases sportifs, même dans les plus petites villes.
Maintenant, dit-elle, “on estime à environ 30 000 le nombre d’installations sportives dans ce pays, ce qui serait plus par habitant que dans n’importe quel autre pays du monde”.

Selon des enquêtes de la Commission européenne, ces installations sont l’une des raisons pour lesquelles la Finlande et ses voisins nordiques figurent toujours parmi les cinq pays européens les plus physiquement actifs . De nos jours, les municipalités dépensent environ 700 millions de dollars par an pour subventionner des installations sportives et des clubs. Une partie des fonds de la loterie nationale sert également à financer des installations sportives et la recherche.

 

Un parking réhabilité en skatepark en bois

Chez Playgones nous sommes convaincus de l’importance de placer le sport au coeur du quotidien des Français. Ici un parking réhabilité en skatepark par Playgones / Techramps

 

 

Des allées et des pistes cyclables serpentent à travers les villes. Les piscines publiques sont occupées toute l’année, même au-dessus du cercle polaire arctique. Et pendant les hivers froids et sombres, les skieurs de fond taillent des pistes dans la neige à travers les parcs, sur les lacs gelés et même sur la mer Baltique pris par les glaces.

Ici, vous pouvez simplement sortir de votre domicile et faire une activité physique.” dit Vehmas.

Les Finlandais font justement cela. La moitié des femmes et un tiers des hommes disent se rendre à vélo au travail. Environ un cinquième du pays appartient à des clubs ou fédérations de sport. Beaucoup de salariés font même du sport au travail.

Un sondage réalisé par NPR, la Robert Wood Johnson Foundation et l’ école de santé publique Harvard TH Chan a révélé l’existence d’un fossé entre hommes et femmes en matière de sport à l’âge adulte aux États-Unis. Les hommes sont plus de deux fois plus susceptibles que les femmes (35% à 16%) dire qu’ils font du sport.

 

 

Un abri anti-bombes de Helsinki sert maintenant de stand de tir pour un club de tir à l’arc.

 

 

L’exemple Finlandais

Chaque mercredi matin, un groupe de scientifiques de l’Institut météorologique finlandais et de l’Université d’Helsinki quittent leur bureau pour jouer au “futsal”, une forme de football en salle, dans un gymnase situé en face de la rue. C’est l’un des sports d’équipe les plus populaires du pays, avec le hockey en salle et le baseball finlandais.
Les patrons de ces météorologues et informaticiens les encouragent à faire du sport au chronomètre une heure par semaine.

Mon propre patron joue au badminton, au floorball et au futsal. Et son patron joue également au futsal“, a déclaré Mika Heiskanen de l’Institut météorologique finlandais.

En ce qui concerne la forme physique des employés, ces employeurs ne sont pas exceptionnels en Finlande. Le service postal dispose d’équipes d’orientation et de tir à la carabine. Une chocolaterie à proximité dispose d’une salle de sport et propose des cours d’aérobic. Et, dit Heiskanen, lui et ses coéquipiers affrontent régulièrement d’autres agences gouvernementales, telles que des fonctionnaires des douanes et des unités de police.

Ossi Aura, spécialiste des soins de santé au travail au sein de la société Terveystalo, explique que la tendance des employeurs à encourager la pratique du sport a commencé il y a environ un siècle avec l’industrie forestière.

Aujourd’hui , 90% des employeurs soutiennent l’activité physique de leurs employés.”

Chaque année, les employeurs finlandais dépensent en moyenne environ 200 euros par employé pour une activité physique. L’argent va à tout, des bons de gym à la fourniture d’installations d’entraînement et de saunas. Même les usines offrent de tels services.

Ils ont leurs vestiaires, leurs douches, leurs saunas, sur la base des anciens accords entre les syndicats de travailleurs“, explique Aura.

Aujourd’hui, les employeurs ont tendance à soutenir l’activité physique de leurs employés en raison d’un allégement fiscal. Les entreprises peuvent déduire de l’argent dépensé pour le bien-être physique des employés, ce qui inclut la promotion du sport et de l’exercice.

 

 

Mais il y a autre chose. “De nombreuses recherches montrent qu’investir dans le bien-être au travail rapportera jusqu’à six fois plus d’argent“, selon Matleena Livson de la Confédération des sports finlandaise. “En réduisant les congés maladie, vous améliorez la cohésion et le bon esprit, et vous améliorez l’image de marque de l’employeur sur le lieu de travail.

Pour Livson et Aura en Finlande et dans les autres pays nordiques, il est convenu que des employés en bonne santé travaillent mieux. Ils ont aussi moins de jours de maladie. Et rester en forme, notamment en faisant du sport ensemble, pourrait aider à renforcer la cohésion et la loyauté de l’entreprise. “Et c’est en réalité encore plus important que le côté santé“, déclare Aura.

Les personnes physiquement actives économisent également beaucoup d’argent au système de santé. Selon une calculatrice mise au point par l’Organisation mondiale de la santé, le ministère finlandais des Affaires sociales et de la Santé estime que les personnes qui font du vélo et de la marche économisent jusqu’à 5 milliards d’euros par an.

Mais les subventions de l’État sont maintenant réduites en Finlande. Hanna Vehmas, de l’Université de Jyväskylä, affirme que “Le secteur privé est devenu plus responsable de la fourniture de matériel sportif“.

Source : Traduction de l’article : https://www.npr.org/sections/health-shots/2015/07/28/426748088/how-finns-make-sports-part-of-everyday-life?t=1567976031019